Restitution des trois listes candidates à Charny pour les municipales – vis à vis de la Charte Citoyenne

Affichage présenté au marché dimanche 8 Mars 2020 qui résume les positions de chacune des listes.

Rencontre Halle0palabre avec la Liste ‘Dans le Dialogue, Agissons’ conduite par Elodie MENARD

La rencontre avait pour objet de prendre le point de vue de la liste « Dans le dialogue, agissons » sur la Charte citoyenne proposée par la Halle0palabres,

Elle a eu lieu au Vieux Moulin dont la grande salle accueillait l’ensemble de la liste conduite par Elodie MÉNARD et les deux « conférenciers » de la HOP ? représentée par Thibaut CLÉMENCELLE, Liliane De BENOIST POCHARD et Alain VIBET. impressionnés par la table qui leur était proposée face à ce public nombreux.

Ce public avait bien étudié la Charte.

A la demande de l’assemblée, Thibaut présente la HOP : ses débuts sous forme de réunions publiques sous la Halle en 2016 qui ont donné la structure des attentes et des possibilités pour dynamiser la commune. Il présente les actions phares qui ont suivi : la visite de la ville en transition de Ungersheim par une cinquantaine d’habitants véhiculés en autocar, la projection du film « Demain » sous la Halle de Charny, celle du film « Qu’est-ce qu’on attend ? » sur l’expérience d’Ungersheim, l’organisation de la Fête des Possibles chaque année, l’action « Plastic Attack » pour réduire les déchets.

Un candidat regrette que la HOP ne soit pas connue dans les villages, hors Charny.

Alain présente la Charte et en détaille les visées, sur lesquelles les candidats sont globalement d’accord.

La pierre d’achoppement est l’organisation des conseils citoyens en dehors de la présence de l’élu dit maire délégué dont les candidats ne comprennent pas le sens – se considérant eux-mêmes comme citoyens.

Thibaut et Alain font valoir que la parole ne s’exprimera pas aussi librement en présence d’un élu, dans l’exigence d’une démocratie « du bas vers le haut ». Il est important que tout puisse se dire et construire une réponse autonome aux questions qui se posent dans chaque village, dans le but de contribuer à la politique d’ensemble. Nous souhaitons prendre collectivement une part active à la vie de la commune (sur le thème pour ne citer qu’un exemple, de la sobriété énergétique de chacun d’entre nous). Quelques interrogations ont été soulevées par les candidats présents en ce qui concerne le statut des Conseils de Village à adopter (collectif/association/autre…) pour répondre à des questions d’assurance.

Après discussion, le compromis porte sur un double système test : des villages où la Mairie suscite et anime le conseil, des villages où se met en place un conseil d’initiative citoyenne – et relais avec les élus.

Question d’un candidat sur les 5% des investissements pour le budget participatif ? Cela semble beaucoup.

Des candidats posent la question de savoir pourquoi la HOP n’a pas présenté de liste ?

La HOP a considéré qu’il était plus important de maintenir la vitalité citoyenne sur le territoire de Charny grâce à un mouvement capable de proposer des idées, de produire des analyses critiques, de valoriser l’intelligence collective, en dehors des contraintes de la gestion municipale.

Elodie Ménard conclut en prônant les valeurs de la coopération, du « travailler ensemble », d’écoute des citoyens, du dialogue avec la Communauté de Communes, et de l’importance de replacer au centre « l’humain et la démocratie ».

Après avoir rencontré chacune des trois listes, la HOP affichera leur point de vue sur la Charte sur le marché de Charny le 8 mars, et l’éditera sur internet.

Rencontre Halle0palabres avec la Liste R.N. conduite par Jean-Christophe LETIERCE

Alain VIBET et Thibaut CLÉMENCELLE ont été reçus dans son bureau par M. LETIERCE le Jeudi 05 mars 2020. M. LETIERCE n’avait pas lu la Charte.

Nous commençons à lui présenter la Charte comme une avancée permettant de redynamiser nos villages.

Le candidat nous accorde semble ouvert aux idées qui concourent à renforcer la proximité avec les administrés, en énonçant en premier lieu le référendum comme moyen de réaliser ce que les gens souhaitent mettre en place dans leur commune. Alain parle de favoriser les discussions avant de pouvoir décider. Thibaut rappelle l’esprit de la Charte d’aller du bas vers le haut pour bénéficier de l’ intelligence collective.

M. LETIERCE ne rejette pas le fait que certaines personnes veuillent participer. Pour le candidat la population peut proposer plein d’idées, tant qu’elles sont réalisables, mais surtout il faut que les projets aboutissent.

En ce qui concerne les visées de la charte et plus particulièrement ‘Pratiquer la Solidarité’ Le candidat RN souhaite que tout le monde puisse vivre dans des conditions dignes sur le territoire. Il énonce une nette préférence pour les habitants du coin, voire du pays, avant de vouloir/pouvoir accueillir des gens d’ailleurs victimes de tristes jeux politiques à l’international. « Beaucoup souffrent autour de chez nous » et c’est la priorité selon lui. Thibaut ajoute qu’il y a beaucoup de maisons vides et de places disponibles autour de chez nous et que l’on pourrait repeupler nos villages avec des personnes d’ailleurs qui sont aussi dans le besoin. M. LETIERCE nous dit que la solidarité doit se faire dans un certain ordre, sans quoi ça ne pourra pas marcher.

Passer du jetable au durable semble être en accord avec les idées du candidat. L’agriculture à l’échelle humaine est à protéger. Assurer la primauté du Social sur l’Économie doit pouvoir se faire avec du « bon sens ». Il souhaite que les habitants puissent vivre de leur travail, en développant les emplois utiles à tous sur la commune (entretien cimetière, voirie, bois, etc..) et ceci sera possible en renonçant à certaines dépenses, telle le financement d’une médiathèque trop chère à son goût.

Alain et Thibaut font remarquer au candidat qu’il fait part de ses bonnes intentions mais comment savoir si cela correspond réellement aux attentes et aux besoins des citoyens ? Le candidat pense que sa liste mènera des actions et des dépenses cohérentes, qui montreront leur efficacité. Le temps est selon lui venu de flécher l’argent donné à certaines associations et projets culturels pour enfin s’occuper en premier lieu de problèmes de pauvreté en Puisaye. Le candidat parle de gouverner tranquillement, tout en consultant les habitants autour de réunions réactives et constructives

Pas de réponse claire sur la démocratie locale. Alain et Thibaut laisse le texte de la Charte

Rencontre Halle0palabres avec la Liste ’14 Villages 1 Commune’ conduite par Michel COURTOIS

La rencontre avait pour objet de prendre le point de vue de la liste « 14 Villages Une Commune» sur la Charte citoyenne proposée par la Halle0palabres,

Elle a eu lieu dans le Bureau du Maire de Charny Orée de Puisaye, à l’Hôtel de Ville de Charny. La liste était représentée par Rose-Marie VUILLERMOZ, Marie-Solenne BERGANDI et Michel COURTOIS. La HOP était représentée par Jeanne SALENBIER, Joëlle MARIN VIBET et Alain VIBET.

Chacun de nos interlocuteurs disposait d’un exemplaire de la Charte, commenté et surligné

Après s’être présenté les un(e)s et les autres, Michel COUTOIS introduit sur le thème « 50% de la Charte est faisable, 50% ne l’est pas pour des raisons de contraintes politiques ou du code des collectivités (ex dépôt du dossier de la cuisine centrale en une semaine). La HOP fait valoir que les citoyens peuvent être impliqués dès l’amont au moment de la conception même du projet.

Les Visées sont abordées partiellement. L’était d’esprit est bien compris mais la réalisation demande à être expérimentée pour être, ou non, validée. Le social et l’économique fait l’objet d’une discussion en fin de réunion. La HOP fait valoir que pour réussir la transition écologique, il faut réussir la transition sociale. Trop d’habitants vivent difficilement, les jeunes s’en vont car ils ne trouvent pas de travail. Là aussi, il serait bon d’expérimenter dans le domaine des emplois de la transition (avec les compléments de revenus), de l’insertion par l’économique, de la mise en place du dispositif « 0 chômeurs de longue durée », etc… La liste approuve cette analyse mais n’a pas encore mis en place un travail approfondi dans ce domaine.

Les Conseils de Village suscitent un débat sur la présence du « Maire Délégué » de chaque commune donnant sa légitimité au Conseil de Village. La HOP défend l’importance d’une parole citoyenne libre qui ne peut s’exprimer en présence d’une « autorité » – ce qui la rendra plus productive. Jeanne donne l’exemple des délégués de classe dans les écoles, qui recueille plus librement les paroles sans les directeurs d’établissement. Le compromis porte sur une expérimentation de Conseils de Village d’initiative citoyenne, là où ils se mettront en place avec, pour la première réunion, intronisation par le Maire Délégué. Il n’y aura pas forcément des conseils de village dans les 14 communes, mais il peut y avoir des regroupements, et une émulation lorsque les Conseils de village fonctionneront.

L’importance des citoyens dans la politique Municipale : des actions citoyennes peuvent aider la Municipalité : ex. de la relocalisation des Cartes Nationales d’Identité à Charny.

Implication dans les commissions ? La HOP défend l’idée qu’il y a de l’expertise chez les citoyens, ce que reconnait la liste. A suivre… Intervention devant le Conseil Municipal : dans le cadre de la loi des collectivités (inscription 15 jours à l’avance dans l’ordre du jour)? A suivre…

Autres instances : Le Conseil des Sages ne sert à rien. Le Conseil Municipal a déjà quelque chose qui y ressemble. Assemblée Publique annuelle : oui. Le budget participatif est destiné à financer des initiatives d’intérêt public émanant des citoyens, associations conseils de village. Il existe dans de nombreuses communes (dont Paris et le Kremlin Bicêtre dont nous avons l’expérience). Michel Courtois s’est renseigné et confirme.

Transition agricole. Elle ne relève pas des compétences de la Mairie, mais des agriculteurs (poids des SAFER et de la FNSEA). La Mairie dispose toutefois de quelques leviers sur le foncier agricole quand elle est informée. Nous pouvons travailler ensemble sur les débouchés, faire valoir les expériences réussies (couveuses d’activités agricoles, complément de revenus pour la transition écologique comme à Grande-Synthe, entreprises d’insertion en maraichage, etc), valoriser les haies pour qu’elles couvrent les frais d’entretien qu’elles impliquent.

En conclusion, il est nécessaire de mettre en place des expériences et de les faire connaitre pour soutenir la transition indispensable face aux enjeux climatiques, écologiques et sociaux.

Vous aimerez aussi...